Legs ? Go !

Publié le par Mordue de theatre

Critique du Legs, de Marivaux, vu le 3 mai 2014 au Théâtre de Poche-Montparnasse
Avec Bernard Menez, Valérie Vogt, Marion Bierry/Marie Réache, Gilles Vincent Kapps, Estelle Andréa, et Sinan Bertrand

Marion Bierry est un metteur en scène très oscillant : j'avais applaudi à tout rompre La Veuve qu'elle avait monté en Avignon il y a deux ans, mais je n'avais pas caché ma déception face à son Tartuffe monté sur les seuls noms de Chesnais et Brasseur. Des idées, je ne doute pas qu'elle en a. Mais dans cette nouvelle mise en scène qu'elle signe, on ne voit pas toujours où elle veut en venir : dans quel but alterner le texte de Marivaux et des sonnets de Ronsard, si ce n'est pour un plaisir auditif certain ? Une fois cette interrogation passée, cependant, on ne peut que se prendre au jeu de cette intrigue marivaudienne interprétée avec finesse et intelligence sur la scène du Poche-Montparnasse.

On reconnaîtrait Marivaux simplement en découvrant l'histoire : mêlant intrigues amoureuses et problèmes liés aux milieux sociaux, elle nous peint les obstacles élevées contre le mariage du Marquis et de la Comtesse. En effet, le Marquis est légataire d'un testament, et a reçu 600 000 francs à charge d'épouser Hortense ; dans le cas où il ne souhaiterait pas conclure le mariage, il doit lui verser 200 000 francs. Voulant rester bénéficiaire de ce legs, il joue tout de même le jeu en la demandant en mariage, tout en espérant secrètement son refus. Hortense, elle aussi éprise d'un autre homme, tente, par l'intermédiaire des valets du Marquis et de la Comtesse, Lépine et Lisette, de faire avouer le Marquis et de le faire renoncer à ce mariage, en le pressant d'avouer sa flamme à la Comtesse. Seulement les caractères bien trempés de chacun des personnages rendra la chose plus difficile, et les faux semblants sont rois. 

Il faut avouer que la mise en scène est facile : en fait, il n'y a pas grand chose. Il y a beaucoup de grandes caisses déplacées, on ne sait pas pourquoi, et beaucoup d'allées et venues, mais pas vraiment d'idée particulière, de mise en lumière de certains aspects de la pièce, de transcendance du texte. Cependant, j'ai quand même été prise dans ce spectacle gai et vivifiant : l'entrain des acteurs, le rythme du jeu, les intermèdes musicaux, le texte de Marivaux et la beauté des poèmes de Ronsard font qu'on adhère à ce spectacle, qu'on s'intéresse à leurs colères et leurs déceptions. 

Et on adhère à cette proposition tout d'abord grâce au talent comique indéniable de Bernard Menez. Il n'a qu'à ouvrir la bouche, faire un pas, regarder de côté, pour qu'un rire soulève la salle. Ses changements de tons, brusques et précis, sont excellents, et il continue cette loufoquerie jusque dans les parties chantées. J'ai retrouvé le Bernard Menez qui m'avait tant plu dans Le Gros la Vache et le Mainate, et c'était une très bonne surprise. Le reste de la distribution m'était parfaitement inconnue, et j'ai pu découvrir en Marion Bierry, le metteur en scène, une actrice de talent. Elle incarne une Hortense intelligente et parfois amère, et sa voix est de celles qu'on n'oublie pas. Le duo des valets est délicieux, et plus encore lors des parties chantées : en effet, Estelle Andréa, qui m'a d'abord un peu rebutée à cause de son jeu, a su me charmer totalement par sa voix soprano d'une maîtrise totale, se lâchant plus lors des intérmèdes musicaux. Sinan Bertrand interprète un Lépine joueur et vif, dont l'oeil malicieux s'accorde à merveille avec son rôle de valet un peu voyou. 

Finalement, ce spectacle s'apparente à une découverte du texte de Marivaux presque nu, comme si on assistait à une italienne. Avec du recul, le manque de mise en scène provoque un souvenir trop flou de ce spectacle, qui a pourtant su me ravir sur l'instant. Je continue de me questionner sur l'utilité de l'ajout des vers de Ronsard entre les scènes, qu'on distinguait du texte de Marivaux par un placement spécial des acteurs. Car si tous les poètes savent parler d'amour, Marivaux lui-même le fait tout aussi bien, avec sa langue aux distinctions et à la finesse si reconnaissables.

Pourquoi pas ? ♥ ♥

Commenter cet article