Amphitryon, de Molière

Publié le par Mordue de theatre

gp1112_amphitryon-copie-1.jpg

 

Critique d'Amphitryon, de Molière, vu le samedi 26 mai 2012 au théâtre du Vieux-Colombier

[ Avec Sylvia Bergé, Coraly Zahonero, Jérôme Pouly, Laurent Stocker, Michel Vuillermoz, Benjamin Jungers, Adrien Gamba-Gontard, Christian Hecq, Georgia Scalliet, Guillaume Mika, et Antoine Formica, dans une mise en scène de Jacques Vincey ]

 

Etrange, étrange ... Toujours étrange, la Comédie-Française. Et n'allez pas dire que j'exagère ! Avez-vous déjà vu la déesse de la Nuit sur un engin qui sert habituellement aux distributeurs de tracts (représentant ici son char) ? Ou Mercure sur des échasses ? Et derrière ces deux Dieux, des bonshommes tout de noir habillés, chantant vaguement quelque chose ? Non, hein ? Bien ce qu'il me semblait.

Bon, dit comme ça, on pourrait croire que je n'ai pas aimé. Que nenni ! Nous l'allons montrer tout à l'heure.

Tout d'abord, puisqu'il faut être un peu méchant, soyons-le. Nous connaissons tous l'histoire d'Amphitryon, pauvre mortel dont Jupiter prend l'apparence sur Terre dans le but de séduire sa femme, Alcmène. Jupiter amène avec lui Mercure, qui prendra l'apparence de Sosie, esclave d'Amphitryon. Les rôles sont donc plutôt bien répartis et ont tous une importance plus ou moins égales. Voilà pourquoi il est primordial de ne pas rater la distribution. ET LÀ ! Mais quelle erreur ... Que fait Georgia Scalliet ? Elle est vide, parle d'un ton monotone, ne parvient pas à bien lier ses mots et semble avoir (beaucoup) du mal à bien dire les vers ... Et elle joue Alcmène. C'est-à-dire que dès qu'elle entre en jeu, la scène perd toute sa beauté, toute sa vigueur, et l'on n'attend plus que sa sortie. Bien dommage.

Car à côté, tous les acteurs sont excellents. Moi qui n'aime pas beaucoup Hecq, car je trouve qu'il a tendance à tirer la couverture à lui, j'ai été favorablement impressionnée par sa prestation : il est extraordinaire. Combinant une gestuelle impeccable et une diction parfaite, cet ancien clown nous livre une interprétation de Sosie absolument remarquable. Et lorsqu'il se retrouve en face de Laurent Stocker, Mercure sombre, inquiétant, et sadique, on assiste à la meilleure scène du spectacle. Un excellent sens du rythme, un texte et une scène parfaitement maîtrisée et comique à souhait, un véritable régal ! On regrette par contre l'interprétation choisie de Mercure, trop noir à mon goût ... Mais Laurent Stocker nous livre une prestation impressionnante, comme à son habitude.

Plus haut placé, on trouve Jupiter (Michel Vuillermoz) et Amphitryon (Jérôme Pouly). Imposants du haut de leur grande taille et de leur air noble, ces deux acteurs retranscrivent à merveille les différents traits de leurs personnages. Et malgré leurs apparences plus que ressemblantes, les deux personnages parviennent à souligner leurs différences : l'un incarnant l'amour, la séduction, et le masque (thème ayant une grande importance au théâtre), l'autre la jalousie, le doute, et l'incompréhension. Enfin, tous les autres acteurs suivent cette excellence que nous connaissons au Français : plus je vois Benjamin Jungers, et plus j'admire cet acteur ...

Enfin, peut-être que les allées et venues par la salle (donc près du public) sont peut-être un peu abusives dans cette mise en scène. Se retourner une fois pour voir Sosie et sa lanterne arriver, d'accord. Mais se retourner 5 fois en une même soirée, c'est un peu lourd. Par contre, pour une fois, on trouve une utilisation de la fumée utile : c'est rare !

Malgré une importante erreur de casting et un rythme un peu trop lent, on passe une excellente soirée.  ♥ 


nd30374.jpg


Commenter cet article

Minyu 29/05/2012 10:20


Je suis entièrement d'accord avec toi, je ne vois pas ce qu'on pourrait ajouter... Bravo pour l'article, très drôle.


Ah, Christian Hecq ! Cet homme a une intelligence de la salle, il faut bien le dire, remarquable.


En ce qui concerne les allées et venues des personnages dans la salle, comme j'étais placée sur un strapontin, donc sur les côtés, les comédiens - surtout Hecq en fait - se tenaient tout à côté
de moi ! C'est une expérience exceptionnelle, l'impression véritable d'être dans la pièce. En tout cas, c'est le genre de choses qui me plaît.