L'Oeuvre au coeur des ténèbres

Publié le par Mordue de theatre

demain-large.jpg
Critique de Demain il fera jour, de Henry de Montherlant, vu le 9 mai 2013 au théâtre de l'Oeuvre

[ Avec Léa Drucker, Michel Fau, Loïc Mobihan, et Roman Girelli, dans une mise en scène de Michel Fau ]

Sombre soirée que celle passée à l'Oeuvre hier soir. Nous sommes en juin 1944, en France, le débarquement de Normandie vient d'avoir lieu et la fin de la guerre se fait ressentir. Nous nous retrouvons alors dans la vie de cette famille à trois personnages : le père, avocat (Michel Fau), la mère (Léa Drucker), dont la seule passion semble être son fils (Loïc Mobihan), malgré le fait qu'il veuille s'engager dans la résistance. La pièce est courte, mais riche et intéressante.
Elle se découpe en plusieurs tableaux, et elle est très "carrée" : les personnages semblent occuper chacun une portion de l'espace, ce qui donne un aspect d'éloignement réciproque assez marqué. Le décor est sobre, un intérieur bourgeois, rien n'est en trop mais rien ne manque. Le tout est très statique, ce qui en temps normal m'aurait beaucoup déplu, mais qui ici ajoutait une certaine tension, renforçait le côté dramatique et sombre de la pièce. Car l'argument n'est pas joyeux : le père du jeune Gilles, qui refusait tout d'abord de donner la permission à son fils d'entrer dans la résistance, semble y être plus enclin après avoir reçu un certain papier, mystérieux et intriguant : désirant probablement se protéger en vue de la Libération, il enverra son fils se faire tuer. Sa mère refuse catégoriquement, craignant de perdre le bijou de sa vie. Le jeune homme, quant à lui, essaie de forcer la main à ses parents, avançant plusieurs arguments, boudant.
Les acteurs sont étonnants. Le jeu de Michel Fau n'est pas parvenu à me toucher, mais cet effet de distance entre le personnage et le spectateur semblait pensé. Sa vision de la vie, de la famille et de son fils sont trois choses qui l'éloignent de nous. Il est terriblement inquiétant, premièrement à cause de son physique qui, il faut le dire, est particulier et atypique, dégageant un mélange de puissance et de respect, mais aussi dans sa voix, semblant presque monocorde mais laissant passer de légères variations d'intonations, laissant transparaître sa méfiance, sa peur ou son autorité. A ses côtés, les deux autres comédiens sont excellents. Léa Drucker est effrayante dans cette mère à l'amour malsain pour son fils. Semblant au bord de la folie, délaissée par son mari et prête à perdre Gilles, elle délire sur scène et le flot d'émotion qui la submerge passe aussi bien dans ses cris que ses silences et ses regards. Le jeune Gilles enfin (qui passe actuellement le concours du Conservatoire), fait preuve d'une maturité étonnante pour un si jeune acteur. Diction, intonations, déplacement et gestuelle parfaites, il possède encore en lui l'imprudence de l'enfance, qui semble parfois se transformer en réel courage, comme s'il voulait se détacher de son père et de la lâcheté dont il a fait preuve il y a quelque temps, en défendant un Allemand lors d'un procès ...

La soirée est noire, les acteurs impressionnants et le propos plutôt cruel. Mais ça vaut le coup.  

demain-3g.jpg

Publié dans Critiques, Oeuvre

Commenter cet article