Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le gros, la vache, et le mainate

Publié le par Mordue de theatre

LeGrosLaVacheLeMainate-affsite 4

Critique de Le gros, la vache, et le mainate, vu le 1er Mars au théâtre du Rond-Point
Avec Pierre Guillois,Olivier Martin-SalvanJean-Paul MuelLuca OldaniPierre Vial, dans une mise en scène de Bernard Menez 

On m'avait prévenue. On m'avait prévenue que c'était spécial. Que c'était limite choquant. Qu'il fallait être très ouvert d'esprit. Que l'humour était un peu noir. Que les blagues étaient de mauvais goût. Mais on ne m'avait pas dit que ce serait aussi génial !

Une histoire abracadabrante, sans queue ni tête, un renouveau constant, une surprise tout de long ! Voilà un merveilleux spectacle. Et pourtant, question "théâtre dans le théâtre", le genre de mise en scène qu'habituellement je déteste, on est servi ... C'est-à-dire que d'un bout à l'autre, pas à un moment on ne sort de ce "jeu" là. Et comme je vous ai dit, malgré tout, c'est extraordinaire.

Ce spectacle hallucinant raconte donc l'histoire d'un homme qui doit bientôt accoucher. Il est enceint et vit avec son conjoint, mais deux tantes, ne pouvant pas se supporter, arrivent pour assister à l'accouchement. Enfin bref, une histoire étrange et qui ne tient pas debout. Mais qu'importe.

C'est vrai, dit comme ça ça ne fait pas envie. N'empêche. Si j'ai été hésitante au début, en raison du mauvais goût apparent de la pièce, ce malaise a été bien vite dissipé. Dès le premier coup de théâtre, on ne doute plus à un moment de l'excellente soirée qu'on va passer. Et pourtant, le spectacle aborde des thèmes sombres, tels que la mort ou encore la vieillesse, mais avec un tel détachement qu'on ne sort ni choqué ni déprimé. C'est extrêmement bien fait, parfaitement dosé, et les rires sont au rendez-vous. 

De plus, il faut tout de même avouer que la troupe est là, et amène aisément cette pièce à ses sommets. Il est clair que Bernard Menez réalise ici une prouesse considérable en tant que metteur en scène, en nous étonnant continuement. Les acteurs qu'il dirige sont tout aussi bons ; l'auteur de la pièce, qui joue également, du nom de Pierre Guillois, est aussi excellent que son partenaire, Olivier Martin-Salvan : ils forment tous deux un excellent duo, tant pour leurs chorégraphies que pour nous faire rire ! Un autre excellent duo est présent, il s'agit bien sûr de Jean-Paul Muel accompagné de Pierre Vial : ces deux grands acteurs incarnent en travesti les tantes, complètement délurées, qui sont probablement à l'origine du mot de "vache" dans le titre ... Malgré certains passages que certains peuvent trouver choquant, ils sont à mourir de rire : Pierre Vial, que j'avais vu dans un rôle beaucoup plus sérieux dans un Musset, ne se ressemble pas, et on se demande quelle folie l'a poussé à incarner ce rôle. Peu importe, grâce à son immense talent et à son plaisir de la scène, il est parfait. 

On passe une soirée excellente et inoubliable ! Spectacle à ne pas manquer !   

le-gros-la-vache-et-le-mainate2david-siebertb1dbe0d6-5717-11e1-84f7-746c8472e738-493x328

Jacques et son maître, d'après Diderot

Publié le par Mordue de theatre

72636-jacques-et-son-maitre.jpg

Critique de Jacques et son maître, d'après Diderot, vu le 28 février 2012 à la Pépinière Opéra

 

Le titre aurait pu aussi être "Les aventures de Jacques et son maître" ... Car c'est là toute l'histoire. Y en a-t-il vraiment une ? Car c'est là un bel exemple du "nouveau roman", ou plutôt "d'antiroman" que le roman de Diderot ! Dans son roman, les personnages s'adressent clairement aux lecteurs. Ici, c'est à nous, spectateurs, que parlent Jacques et son maître, respectivement Nicolas Briançon et Yves Pignot. Ils nous expliquent qu'ils ne savent pas plus que nous là où ils vont, puisque tout est guidé par le poète, là-haut ... Tout ce qui se passe est écrit, et tout ce qui est écrit va se passer.

Étrange et déroutant, en effet. C'est spécial, ça fait presque penser à de l'absurde. Ça ne part de pas grand chose, et on n'arrive pas à quelque chose de concrêt ... on n'a pas avancé. Jacques, qui depuis le début de la pièce essaie de raconter "comment il est tombé amoureux", n'arrivera jamais à nous l'expliquer. Et ce n'est pas faute d'essayer ! (voir vidéo)

Pourtant, pas à un seul moment, on ne s'ennuie. Pas à un seul moment nous vient l'idée de penser à quelque chose. On est pris par ce rien, par cette histoire, et surtout par ses personnages ! Car quelles belles incarnations de Jacques et son maître que celles de Nicolas Briançon et Yves Pignot ! Le duo est extrêmement touchant, et on sent la sincérité de leur jeu : ils aiment jouer ensemble et ça se voit. Attachants et amusants, on ne les lâche à aucun moment. Si je connaissais Yves Pignot pour son talent d'acteur, et particulièrement pour le comique, il m'a tout de même impressionnée ici, car il passe aisément de ce registre à quelque chose de plus sérieux, de plus sombre peut-être. Mais la grande surprise est ici Nicolas Briançon, très grand acteur qui m'avait un peu déçue dans Le Songe d'une Nuit d'Été, et qui ici m'a parfaitement satisfaite : il est excellent du début à la fin, extrêmement naturel dans ses réactions, dans sa gestuel et a une véritable présence sur scène.

Mais les autres acteurs ne sont pas au même niveau : sans être mauvaises, il y a quand même un écart assez important entre le jeu des acteurs féminins et masculins. Enfin, une actrice se détache tout de même du lot : l'actrice qui joue l'hôtesse de nos deux personnages est extrêmement convaincante, et même plus : elle parvient sans difficulté à attirer tous les regards vers elle et à les conserver fixés ainsi. Lorsqu'elle est sur scène et qu'elle raconte ses histoires, les spectateurs sont simplements scotchés.

Un spectacle à ne pas rater !   

 

Jacquesetsonmaitre_ND31859.jpg

Publié dans Critiques