Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Permettez-moi, Pierre-Yves Plat

Publié le par Mordue de theatre

pierre-yves-plat-au-dechargeurs.jpg

 

Critique de Permettez-moi, de Pierre-Yves Plat, vu au théâtre des Déchargeurs le 21 février 2011


Tout d'abord, il faut préciser ce que fait Pierre-Yes Plat : c'est un pianiste d'une trentaine d'années, qui s'amuse à rejouer des "morceaux de légende", tels que la Fantaisie Impromptue de Chopin, ou encore La Pathétique, de Beethoven, à sa manière ; c'est-à-dire sous une forme un peu "jazzy", qui ressemble presque à de l'impro. En fait, le résultat est tout simplement extraordinaire, surtout pour les pianistes et fans de Chopin (comme moi !).

On arrive donc, dans une salle assez petite, placement libre ; premier rang. Assez inconfortable, mais bref, passons. L'artiste se fait attendre et, tout d'un coup, les lumières s'éteignent et le rideau se lève ; Pierre-Yves Plat entre, en costume "queue de pie" (costume dont il se défera au fil du spectacle) et commence à jouer. Tout son spectacle est un grand sketch ; il est presque, à vrai dire, un clown musical, de par ses pitreries (lorsqu'il joue avec les pieds, par exemple), ou ses inventions, telles que le "piano-à-écrire".

Enfin, j'ai regretté deux choses ; la qualité du piano, tout d'abord : il joue sur un vieux Yamaha droit, dont le son n'est pas faiblard, mais disons un peu vieilli par le temps. La deuxième chose, c'est sa réaction face aux applaudissements : il ne dit rien, et ne fait rien ; on ne sait pas si on doit s'arrêter, si il compte faire un bis, s'il  est heureux ou non ; on suppose qu'il tient à garder de côté "film muet" qu'il se donne durant la pièce, accentué par l'écran géant derrière le piano, qui accompagne notre pianiste durant tout le spectacle (on le voit, d'ailleurs, lorsqu'il joue, vérifier qu'il est en même temps que la vidéo, et s'ajuster s'il le faut), et dont les images rappellent un peu Charlie Chaplin.

C'est donc un très bon souvenir, et un très bon spectacle, à ne pas rater !

Concernant le placement et bien ... là où vous pourrez !

Le site de Pierre-Yves Plat

Publié dans Critiques

La Vérité, Florian Zeller

Publié le par Mordue de theatre

ad52e4fa-2d52-11e0-a643-6d25c2d3d99c.jpg

 

Critique de La Vérité de Florian Zeller, vu le 19 février 2011 au Montparnasse

[ Avec Pierre Arditi, Fanny Cottençon, Patrice Kerbrat, et Christiane Millet ; mis en scène par Patrice Kerbrat ]

 

"Oui, c'est vrai, il y a Arditi ..."

Pour tout dire, Arditi, lorsqu'on l'a vu une fois (comme dans Faisons un rêve, qui était absolument génial), on connaît : c'est un excellent acteur, mais il joue toujours le même jeu, alors, évidemment, si le texte ne suit pas ... et bien ... on s'ennuie.

Et, évidemment, c'est facile à deviner, ici ... Le texte est fade. Vide. Pour être gentille ... "mignon".

Il y a de l'idée, ça, je ne le rejette pas. Mais elle est très mal traitée ...

Pour me justifier, voilà deux passages de la pièce (jugez-en par vous-même !) :


" Tout ce que tu veux, mais pas la culpabilité. Je déteste ce sentiment.

- Tu détestes tous les sentiments.

- Moi ? Moi, je déteste tous les sentiments ?

- Oui.

- Je déteste tous les sentiments ?

- Oui. "


Ou, encore ... :

 

" Et ça ne te manque pas ?

- Hein ?

- Ça ne te manque pas ?

- Si ... Mais on ne peut pas faire autrement, Alice.

- Je ne vois pas pourquoi.

- Tu ne vois pas pourquoi ?

- Non.

- Tu ne vois pas pourquoi on ne peut pas faire autrement ?

- Non. "

 

Trop répétitif.

Beaucoup, beaucoup trop répétitif.

Un peu trop répétitif à mon goût.

(Moi aussi, je pourrais remplir mes critiques à me répéter ...)

Heureusement, tous les acteurs sont bons, et "sauvent", autant qu'ils le peuvent, le texte.

En fin de compte, ce n'est pas du grand Art ... diti.

Publié dans Critiques

Les Carboni

Publié le par Mordue de theatre

photo_G_big.jpg

 

Après l'enthousiasme qui a succédé la pièce Un de la Canebière, j'écris mon second article sur les troupes "à suivre".

Comme je le souligne dans la critique de Un de la Canebière, la troupe ne comporte que de très bons acteurs, mais ils n'excellent pas dans les mêmes domaines ; Marc Pistolesi, joue très bien le clown, et fait beaucoup rire de ses pitreries et acrobaties tout au long de la pièce ; Benjamin Falletto, est excellent dans son rôle de Maître d'Hotel un peu déjanté (pour ne pas dire complètement dingue), et chante également très bien (il fait partie d'un groupe, Absolute) ; Ali Bougheraba est un comique, et, même si sa voix n'est pas aussi travaillée que les autres, il chante relativement bien ... se débrouillant pour ramener la chanson "à son avantage" ;  Barthélémy Giulj est très bon dans son rôle de "Bien Allumé des Ampoules" (comme dit Ali B.), tenant toute la pièce en louchant, le dos complètement plié ; Cristos Mitropoulos chante, et joue, vraiment très bien, il n'a aucun défaut (apparent) , sur scène, en tout cas ; Edwige Pellissier n'apparaît pas beaucoup, mais, lorsqu'elle joue la Tante Clarisse, son ton de voix, et son anxiété quand elle ne comprend plus rien de ce qui se passe, sont très bien joués ; Laure Dessertine est tout simplement splendide en Margot, c'est l'actrice que j'ai préféré dans la pièce ; Lucile Pessey, bien qu'un peu "en-dessous des autres" niveau jeu, a une voix plus que ravissante (c'est une véritable chanteuse, ça s'entend) ; Sonia Pintor I Font nous fait beaucoup rire lorsqu'elle réplique en ... Catalan ? En tout cas, une langue qui se rapproche de l'espagnol, elle-même étant née à Barcelone. Enfin, les trois musiciens Mathieu Becquerelle, Patrick Gavard-Bondet, et Stéphane "Bouba" Lopez, qui jouent d'un bout à l'autre (oui oui, même avant l'entrée en scène des comédiens), sont essentiels à l'ensemble !

 

En un mot comme en cent, c'est une troupe vraiment complète, une troupe à suivre (même si elle joue plus souvent à Marseille ...) !

 

Un lien vers leur site

Ali au Pays des Merveilles

Publié le par Mordue de theatre

ali-merveilles.jpg

 

Critique d'Ali au pays des Merveilles, one man show d'Ali Bougheraba, vu au Point Virgule le 14 février 2011

[ Ali Bougheraba, mise en scène Dider Landucci ]

 

Ali Bougheraba ... Il suffit que vous remontiez la page, et vous retrouverez ce nom, dans la liste des acteurs de Un de la Canebière. Oui, vous l'avez sûrement deviné, nous avons tellement aimé la pièce que nous avons décidé d'aller voir ce one man show (après avoir lu quelques critiques sur internet, néanmoins ...).

Bon, tout d'abord, il faut savoir qu'il joue dans un café-théâtre, c'est-à-dire une petite salle pleine de courants d'air glacés, où s'enchaînent les spectacles (donc 30 minutes de queue dehors dans le froid).

Malgré tout, on est bien accueilli, et, une fois placé, le spectacle commence presque directement (ce qui est plutôt rare !). Alors nous apparaît Ali, en jean et tee-shirt, qui nous parle du "Panier", son quartier natal, pendant environ 1heure. Sur ce sujet, qui peut apparaître comme "simplet", il arrive à faire rire toute la salle, sans jamais être vulgaire ou lourd. 

J'avoue qu'on était très bien placé, bien qu'un peu serrés, au premier rang (placement libre ; premiers arrivés = premiers servis !). Surtout comparés à d'autres, entrés dans les derniers, qui ont été placés sur un banc perpendiculaire à la scène ... Et sont sûrement sortis avec un torticoli !

Je pense que c'est un one man show à aller voir ...

Et un humoriste à suivre ! Peut-être un futur "Gad Elmaleh".

Placement : où vous pourrez ... Mieux vaut arriver en avance !

 

Publié dans Critiques

Un de la canebière, de René Sarvil, Henri Alibert et Vincent Scotto

Publié le par Mordue de theatre

P1-1-de-la-canebière

 

Critique de Un de la Canebière, de René Sarvil, Henri Alibert, et Vincent Scotto (mise en scène Frédéric Muhl-Valentin), vu 2 fois au théâtre 14

[ Avec Lucile Pessey, Cristos Mitropoulos, Ali Bougheraba, Marc Pistolesi, Sonia Pintor-i-Font, Laure Dessertine, Benjamin Falletto, Mathieu Becquerelle, Barthelemy Giulj, Stéphane « Bouba » Lopez, Patrick Gavard-Bondet, Edwige Pellissier ]


"Et pourtant, je partais avec un très mauvais a priori ..."

En sortant du théâtre, un sourire vissé sur les lèvres depuis 2 heures, j'ai répété inlassablement cette phrase ... Car tout, dans ce spectacle, est réussi, et donne envie de taper des mains au rythme de la musique, de se lever et de chanter et danser tout comme les comédiens ... Et de revenir !

Tout d'abord, une très agréable surprise, en arrivant au théâtre (30 minutes d'avance, comme d'habitude !) ... Le maître d'hôtel, et une autre comédienne sont là pour accueillir les spectateurs avec des "Bonjour, vous êtes bien installés ?" et les musiciens jouent déjà, pour notre plus grand plaisir !

Puis le spectacle commence, et on est tout de suite pris dans cette histoire, quelque peu tarabiscotée, mais tout de même amusante ! Les chants, les drôleries, et les moments plus romantiques des comédiens s'enchaînent avec une parfaite aisance, et je crois n'avoir rien à reprocher, si ce n'est quelques moments un peu longs ... mais nécessaires au bon déroulement de l'histoire !

Une mention spéciale à Pénible, joué par Marc Pistolesi, qui fait "le clown" pendant 2heures sans jamais s'arrêter, qui salue la plupart des spectateurs au début de la pièce, et qui ne montre à aucun moment un signe de faiblesse ! En réalité, tous les acteurs mériteraient une mention spéciale ... Ils excellent tous, mais pour des raisons différentes (voir article sur Les Carboni)

A voir ... et à revoir !

Et même à écouter, car le CD est en vente à la sortie, pour 30 ? non ... 20 ? non ... 15 ? non ... 13Euros ! 

Placement : 1er rang ... ou places VIP !


Publié dans Critiques

1 2 > >>