Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

16 articles avec mdt divague

Le blog change d'adresse

Publié le par Mordue de theatre

RIDEAU SUR MORDUE-DE-THEATRE.OVERBLOG.COM

En raison des récentes mesures d'Overblog concernant la publicité, j'ai décidé de quitter cette plateforme. Depuis quelque temps déjà, je n'en étais pas satisfaite : elle laisse peu de choix aux utilisateurs, et n'est pas des plus maniables. Le passage à la nouvelle version, imposé pour tous les blogueurs, a été délicat à gérer pour nous, et, à présent qu'on veut en plus nous imposer des pubs, ça devient beaucoup trop.

Voilà comme Overblog présente la chose :

"Pour continuer de vous fournir un espace d’expression libre, gratuit et facile d’accès, votre blog intégrera prochainement quelques espaces publicitaires. Ce changement va nous permettre de continuer de vous apporter un service de qualité. De nombreuses nouveautés vont bientôt voir le jour, vous permettant d’améliorer vos publications et de renforcer votre présence sur le web."

 

Mais voilà, je dis non, et j'invite tous les autres overblogueurs à faire de même. La pub est censée rapporter de l'argent aux blogueurs, s'ils le souhaitent, et nous devons être à même de gérer cela selon notre bon vouloir. 

C'est pourquoi vous retrouverez dorénavant mes critiques sur un nouveau blog, hébergé sur une autre plateforme, Wordpress. Mon ancien blog a entièrement été transféré sur mon nouveau, de manière à conserver une trace de ces 3 années riches théâtralement écoulées. C'est donc ici : http://mordue-de-theatre.com que vous pourrez lire mes prochaines critiques.

Merci de votre attention et vive le théâtre !

Publié dans MDT divague

Gagnez vos places pour Roméo et Juliette au Théâtre de la Porte Saint-Martin

Publié le par Mordue de theatre

Le retour de la pièce emblématique après 40 ans d'absence sur la scène privée ! Entourés d'une troupe de plus de 20 acteurs, Ana Girardot et Niels Schneider seront les héros de cette nouvelle production du Théâtre de la Porte Saint-Martin. Après la Nuit des Rois et le Songe d'une nuit d'été, Nicolas Briançon met en scène la pièce la plus célèbre du répertoire de Shakespeare, Roméo et Juliette. Retrouvez la plus belle histoire d'amour du théâtre classique dans une mise en scène prestigieuse et populaire, à partir du 16 Janvier 2014.

Grâce au Théâtre de la Porte Saint-Martin, 3*2 places sont à gagner pour la représentation du jeudi 16 janvier 2014 - la première - à 20h.

Pour gagner vos places pour la représentation, il suffit de répondre à cette question :
Comment s'appellent les deux familles ennemies de la pièce ?
Envoyez votre réponse à mordue.de.theatre@free.fr ; les plus rapides pourront assister au spectacle !

Et les gagnant(e)s sont : Marie T., Aurélie A., et Claire N. ! Bravo à elles !

Pourquoi le théâtre ?

Publié le par Mordue de theatre


Merci à Véronique Vella pour cette superbe photo de la Salle Richelieu

Prépa scientifique et passionnée de théâtre. Cette description est quelque peu oxymorique. Et pourtant, l'un n'empêche pas l'autre. J'apprends la chimie, la pharmacie, la chirurgie, et tout le crédit d'un grand Seigneur peut à peine me mettre à la main une lancette vétérinaire ! - Las d'attrister des bêtes malades, et pour faire un métier contraire, je me jette à corps perdu dans le théâtre. Ah mon petit Fifi, il t'a causé bien des problèmes, le théâtre ! Alors pourquoi est-il autant un bienfait pour moi ? Pourquoi le théâtre ?

Parce que le théâtre est une échappatoire. Un moyen de s'extraire de la vie quelques instants. D'échapper au stress et au travail qui nous entourent. D'oublier, le temps d'une soirée, une khôlle qui s'est mal déroulée ou un DM qu'on n'a pas fini. Mais si, si, c'est ça, entre autres choses. Que ce soit Racine ou Feydeau, lorsqu'ils sont bien joués, on oublie tout, on entre dans l'action pour n'en ressortir qu'après la fin du spectacle. Alors le sort de Phèdre occupe toutes nos pensées, alors on se demande ce que ce Bois d'Enghien va bien pouvoir inventer pour sortir de la situation dans laquelle il se trouve. Et le Grand théâtre, c'est aussi le plaisir des mots, des chocs, des paradoxes qu'on peut y voir et y entendre. 

Parce que j'aime par dessus tout la belle langue théâtrale. Lavoisier a dit : Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Soit, mais au théâtre, la règle ne s'applique pas. D'un rien, on fait un tout. D'un texte brillant et d'une voix adéquate, et les plus beaux sentiments peuvent déferler. Quels frissons devant ces vers :

C'est craindre menacer, et gémir trop longtemps.
Je meurs si je vous perds, mais je meurs si j'attends.

Quelle beauté. Quelle perfection. Lire ou écouter Racine, mieux : le voir bien joué sur scène, est un plaisir tel qu'il n'y a pas de mots pour le décrire. De manière plus générale, je dirais que je suis très sensible aux vers, peut-être plus qu'à la prose. Ils sont une manière de s'exprimer au rythme doux et au son si agréable... Ceux de Corneille me font peut-être moins d'effet, mais ils restent spectaculaires. Quelle force dans ceux-ci :

Rome, l'unique objet de mon ressentiment !
Rome, à qui vient ton bras d'immoler mon amant !
Rome qui t'a vu naître, et que ton coeur adore !
Rome enfin que je hais parce qu'elle t'honore !

Mais il n'y a pas qu'eux ! Deux des plus grandes pièces que je connaisse sont Cyrano et Le Misanthrope, et le texte y est un pur délice pour l'oreille. Et je ne dénigre pas la prose pour autant. A titre d'exemple, Penthésilée, de Kleist, est une immense pièce, d'une puissance, d'une intensité, et d'une grandeur rare. Enfin cette réplique de Fantasio de Musset, que je trouve à la fois simple et déchirante : 

Hartman - Tu as le mois de Mai sur les joues.
Fantasio - C'est vrai ; et le mois de Janvier dans le coeur.

Parce que j'ai toujours aimé écrire, partager ce que j'aime, et me plaindre. D'où l'idée de la critique. J'en ai reçu des mots assassins, me disant que je n'étais pas dans mon droit de considérer tel ou tel spectacle comme mauvais. A ceux-ci, je réponds que ce n'est que mon ressenti que j'essaie d'exprimer, ma vision des choses. Alors oui, j'estime qu'il y a une ligne directrice, et qu'on peut dire "Tel auteur ne peut être monté ainsi". Je ne critique sévèrement que parce que je suis déçue de n'avoir pas vu un bon spectacle : quoi de plus désillusionnant que d'avoir faim, de voir un gâteau qui a l'air appétissant, et qui en fin de compte s'avère immangeable ? C'est pareil ! C'est de la déception que provient la colère, et même si les beaux mots ont de l'effet sur moi, certaines mises en scènes ont tout pour me déplaire, et gâcher un beau texte me fait trembler d'effroi. C'est pourquoi, humblement, j'essaie de donner Un avis objectif, argumenté, sensé, et que mon but n'a jamais été de blesser Acteurs, metteurs en scène, tous ces gens que j'adore, mais bien à mes confrères spectateurs d'éviter, une soirée gâchée ou un spectacle hardcore.

Parce qu'au théâtre, contrairement au cinéma, on est en face du vrai. Le théâtre a cette authenticité là que j'apprécie énormément. Ce n'est pas comme derrière une caméra, on ne peut pas feindre, on ne peut pas recommencer. Enfin, je dis on... Je parle d'eux, des acteurs bien sûr, mais également de ceux qu'on ne voit pas, cachés derrière des manettes, ces personnes qui permettent à tous nos sens d'être enchantés à l'unisson en manoeuvrant les sons et les lumières avec une précision drastique. Ce qui me rappelle une anecdote, racontée par Fabrice Luchini : "Un jour, durant une répétition d'un spectacle que Terzieff mettait en scène, le technicien des lumières a fait une très légère erreur, il a fait son effet lumineux deux secondes et demi plus tard, ce qui fait que l'acteur qui jouait a été dans l'ombre trop longtemps. Et là, la colère de Terzieff était shakespearienne, il a convoqué ce technicien, et celui-ci lui a demandé "qu'est-ce que j'ai fait ?" et Terzieff lui a répondu : "Tu as retardé de 3 secondes l'effet de lumière. Si tu conduisais un boeing, combien de morts tu aurais fait ? 1000 morts. Tu dois rentrer dans le théâtre, qui est un lieu sacré, avec l'urgence et la responsabilité, que ta décision est une question de vie ou de mort." 

Parce que je ne me sens véritablement bien, heureuse, entière, et à ma place, que dans un fauteuil de théâtre. C'est un très bon moment, l'avant représentation. C'est agréable d'être assis là, entouré de personnes inconnues et pourtant réunies ici dans un seul et même but : assister à une représentation théâtrale. Peut-être sont-ce des acteurs autour de moi ? J'adore observer les autres spectateurs. Parfois, je reconnais une tête connue. Parfois, je m'exaspère de voir un tel poser ses pieds sur la scène. J'aime aussi observer ce qui m'entoure : les belles salles de spectacles ravissent mes yeux : des lustres imposants, de belles peintures, un rideau rouge comme dans un rêve, retombant sur la scène avec grâce. C'est mon monde, ou du moins, celui auquel je veux appartenir.

Un grand Monsieur, amateur de mots, pianiste de métier, m'a dit un jour : Dernier domaine où l'on ne peut pas mentir, l'art est un allié, un ami parfois redoutable, mais capable de tant de joies. Et je crois que tout est dit.

Publié dans MDT divague

Pourquoi participer à la collecte pour le Dom Juan mis en scène par Arnaud Denis ?

Publié le par Mordue de theatre


 

C'est vrai, j'ai déjà consacré un article à Arnaud Denis et aux Compagnons de la Chimère sur mon blog. Mais si je reprends ma plume pour vanter leur talent aujourd'hui, c'est qu'ils ont besoin de vous : en effet, Arnaud Denis monte en mars prochain Dom Juan, au Théâtre 14. J'ai confiance en son travail, puisque je le suis depuis 8 ans déjà. Je sais qu'il montera quelque chose de respectueux de l'oeuvre de Molière, quelque chose de sensé, d'intelligent, de réfléchi et d'abouti.  Mais je sais aussi qu'un spectacle sans décor, c'est comme Cyrano sans sa tirade des nez : on peut jouer sans, seulement ça laissera comme un vide : il manquera quelque chose.

Et monter un spectacle a un coût, et les décors, tout particulièrement, tournent autour de 20 000€. Sacré somme ! C'est pourquoi la troupe fait appel à nous, spectateurs, et amateurs de théâtre. On peut donner à partir de 5€ pour les aider à financer ce projet, grâce au site kisskissbankbank.com. Je sais que pour ceux d'entre vous qui ne connaîtraient pas le comédien et sa troupe, ce n'est pas évident. Mais pour moi, c'est une évidence. Arnaud Denis mérite qu'on lui donne à nouveau une chance de faire ses preuves, de se faire connaître pour son talent de metteur en scène autant que celui d'acteur. Pour moi, il sera l'un des plus grands metteurs en scène du XXIe siècle.. Et il est encore jeune. A force de travail et de ténacité, il sera sur le devant de la scène d'ici quelques années.

Mais pour cela, il a besoin de vous. N'hésitez pas à faire vos dons ici.

3 ans, déjà !

Publié le par Mordue de theatre

3-ans.jpeg

Il me paraît loin le jour où j'ai pris pour pseudonyme Mordue de théâtre sur la toile.
Déjà 3 ans que je critique tous les spectacles que je vais voir, sans exception. C'est plus de 110 critiques publiées, au moins autant de spectacles vus (car il m'arrive de retourner en voir certains !), et presque 140 articles depuis la création de ce blog. Depuis l'an dernier, j'ai eu près de 20 000 visites, et je vous en remercie.
Ça fait un moment maintenant que j'annonce la diminution de l'activité de ce blog, à cause de restrictions de temps dues à la prépa ... Mais comme vous avez pu le constater, ce n'est pas encore cette année que cela entrera en vigueur, car je constate encore plus à quel point le théâtre aide à tenir ce rythme effréné. J'essaie d'être le plus active possible, c'est d'ailleurs pourquoi certains articles récents n'ont pas été écrits par moi mais par un complice, qui a la possibilité d'aller voir certains spectacles auxquels je ne peux pas assister. Cette association a lieu dans le but de vous offrir un blog plus complet.
Le mois dernier, mon blog comptabilise près de 1600 visiteurs uniques. A ce jour, près de 370 abonnés twitter. Ça fait plaisir, ça fait chaud au coeur, et je vous remercie. 
Cette année s'annonce pleine de surprises : quid des Molières ? du nouveau directeur du Conservatoire ? ou de la Comédie-Française ? Et je serai là pour commenter, critiquer, sans aucune censure, chacun des évènements théâtraux qui se produiront.

Un grand merci à tous, et vive le théâtre !

Publié dans MDT divague

1 2 3 4 > >>